Accueil > Notre actualité > Pour que Festival rime avec idéal !

Pour que Festival rime avec idéal !

Alors que le montant des subventions publiques allouées aux festivals culturels fait polémique ces dernières semaines, ces événements, notamment musicaux, n’ont paradoxalement jamais autant attiré de monde. La saison des festivals arrivant, nous avons cherché à savoir quels sont les principaux éléments qui motivent la participation des festivaliers.

Des festivals à la carte

 

 

Alors que le montant des subventions publiques allouées aux festivals culturels fait polémique ces dernières semaines, ces événements, notamment musicaux, n’ont paradoxalement jamais autant attiré de monde. Depuis les années 2000 et la crise de l’industrie du disque (Cf : Question du mois nxa, mars 2015) le passage sur scène reste un moyen (le dernier ?) pour les artistes de pouvoir vivre de leur art. Le succès des festivals est tel que l’offre est devenue surabondante créant une concurrence féroce, poussant les organisateurs à redoubler d’originalité pour fidéliser et attirer de nouveaux festivaliers.

 

La saison des festivals arrivant, nous avons cherché à savoir quels sont les principaux éléments qui motivent la participation des festivaliers.

 

 

 

 

 

Choisir un festival en fonction de la programmation ?

 

 

Nos panélistes WiQuali mettent en avant deux critères déterminants pour leur participation à un festival culturel : la programmation (33%) et la situation géographique (28%).

 

 

La programmation est plébiscitée par un tiers de nos panélistes. L’annonce des artistes agit en réalité comme un jeu subtil entre attraction et goût du risque. Dans un premier temps, la programmation sert avant tout d’élément de séduction : le futur festivalier identifie naturellement des spectacles en rapport à ses goûts et à des artistes qu’il connait et qu’il apprécie. Les «  têtes d’affiche  » jouent ce rôle de communication et laisse entrevoir la qualité générale de l’événement. Le ton est alors donné et se dégage d’ores et déjà pour le public une image précise de l’événement. Dans un second temps, le festivalier séduit et rassuré, sera alors disposé à s’intéresser à des groupes qu’il ne connait pas ou peu. Il s’autorise d’éventuels « coups de cœur » inattendus. Enfin, les artistes annoncés laissent également au spectateur présager type de public et de l’ambiance. Elément crucial pour ceux qui décident d’être en immersion pendant plusieurs jours. 

 

« Savoir qu’il y aura une belle brochette d’artistes talentueux réunis au même endroit augmente forcement l’attrait pour le festival ». 

 

« Je suis principalement attirée par la programmation d’un festival, car j’aime me dire que je pourrai profiter de plusieurs artistes que j’admire tout ayant l’occasion de découvrir de nouveaux talents ». 

 

« La programmation reste essentielle pour moi. C’est d’ailleurs l’occasion de voir plusieurs artistes le même soir, j’adore ».

 

 

Ou des caractéristiques du territoire ?

 

 

Souvent d’une durée de séjour supérieure à un jour, la seconde priorité pour nos panélistes concerne la situation géographique de l’événement. Ce sujet est abordé sous deux angles : coût versus dépaysement. La situation géographique impacte naturellement des questions économiques : plus un événement est éloigné, plus il occasionne des frais (transports, hébergement, restauration). La majorité de ceux pour qui le lieu est un facteur primordial s’attache à se rendre à des événements de proximité pour réduire les coûts et vivre des animations sur leur propre territoire. Jouir de certains événements à un niveau local, c’est découvrir des lieux près de chez soi et appréhender son environnement de façon original. 

 

Le cadre se révèle aussi être un argument redoutable lorsque le lieu de l’événement devient une destination de vacances. Pour justifier de tels déplacements, entre nécessairement en jeu le paramètre : « réputation du festival » et identité du territoire. En quoi un festival peut-il contribuer à l’identité d’un lieu ?

 

« Pas vraiment férue de festivals, par contre je me laisse facilement tentée pendant les vacances pour l’ambiance que l’on peut y trouver que ce soit un festival Country ou autre spécialité locale. Ces événements font passer un bon moment complètement dépaysant selon la région que l’on visite. C’est aussi un lieu de rencontre assez sympathique et assez bon enfant pour les moins connus qui ne sont pas médiatisés ».  

 

« Je sélectionne donc la distance et le sujet du festival. J’ai la chance d’habiter sur Angers, ville d’art et d’histoire. Celle-ci offre aux angevins de nombreux festivals, spectacles de rue organisés par le service culturel. Cela me permet de me promener dans les rues et de profiter pleinement de l’ambiance parmi la foule enjouée. Etant éclectique, je choisis dans divers genres ce qui me plaît sans m’asservir à un seul ».

 

« Pour moi la situation géographique est le premier critère pour une question de coût. Je vais donc aux Francofolies de La Rochelle puisque c’est ma ville de résidence. Par contre si j’ai l’occasion de me trouver dans une autre ville à un moment où un festival a lieu je m’y rends volontiers selon la programmation ».

 

 

Festival : le cauchemar de l’agoraphobe ?

 

Nos panélistes semblent avoir au sujet des évènements des comportements réfléchis et censés, contraints par leurs budgets et leurs disponibilités. Notons que les personnes qui déclarent ne jamais participer à ce style de manifestations évoquent prioritairement une sensation de malaise face à la foule avant de parler de coûts ou de regretter des offres qui ne correspondent pas à leurs goûts. 

 

« Je ne participe jamais aux festivals quels qu’ils soient. Je déteste avoir l’impression d’être un "mouton", perdu au milieu d’une foule. Je préfère (et de loin !) me livrer à des activités en petit comité ou en solitaire ».« Je ne participe pas â ce genre d’événement. Pour moi, il y a trop de monde et je n’aime pas la foule ».

 

 

Méthodologie de la question du mois

 

Le cabinet nxa pour sa grande étude d’opinion s’est intéressé pour sa 4ième question à la façon dont nous choisissons de participer, ou non, à un festival. Pour le mois de mai, 46 personnes se sont librement exprimées parmi nos panélistes WiQuali entre le vendredi 1er et le mardi 19 mai. 

 

Devenez à votre tour panéliste et venez répondre à notre question du mois d’avril ! 

 

Inscription WiQuali  

 

sources image 1 : tuxboard.com - image 2 : morgane-groupe.fr - image 3 : arcticmonkeysfrance.com

Démarche qualité

Une expertise terrain et une relation
de proximité à votre disposition

Lire la suite

Notre actualité

Découvrez les nouvelles fonctionnalités :
newsletter, devenir paneliste en ligne.

Lire la suite

Newsletter

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter :

Voir nos dernières newsletters